Nice: une copropriété coupe le chauffage face à l’explosion de sa facture de gaz

Cet article a été initialement publié sur ce site.

Pour éviter des factures mensuelles de gaz dépassant parfois les 1000 euros, une centaine de copropriétaires niçois d’un quartier plutôt aisé ont décidé mardi de couper leur chauffage central, certains n’ayant «tout simplement pas les moyens de payer». Entre le campus universitaire Valrose et la colline résidentielle de Cimiez, le Parc Lubonis, ancienne cité HLM pour enseignants construite dans les années 50, est un ensemble propret d’une centaine d’appartements et cinq villas individuelles. Dans ces logements, certains avec terrasse et vue mer, la vie coulait tranquillement… jusqu’à la crise énergétique.

L’an dernier, d’octobre à mai, avec le fournisseur d’énergie russe Gazprom, la facture de gaz pour la copropriété était montée à 89.100 euros ; mais les devis, consultés par l’AFP, ont explosé pour cette année, entre 684.000 euros pour SEFE Energy (NDLR: ex-filiale allemande de Gazprom) et un million d’euros pour TotalEnergies, juste pour faire fonctionner le chauffage central par le sol sur ces huit mois de 2022-2023. «L’an dernier j’ai payé 150 euros par mois pour le chauffage, cette année j’aurais dû débourser plus de 1.000 euros par mois, c’est tout simplement impossible», a confié Philippe Lorenzi, 70 ans, ingénieur à la retraite, qui occupe un T6 avec son épouse: «La seule solution était de couper le chauffage».

Une passoire thermique

Et c’est cette proposition que les quelque 95 copropriétaires ont votée mardi soir, en assemblée générale. Plus exactement, ils ont décidé de ne pas allumer le chauffage au 15 octobre, comme prévu initialement, et ce jusqu’en janvier et une prochaine assemblée générale. «Nous aurons alors de nouveaux devis et des informations sur le bouclier tarifaire auquel nous avons droit», a ajouté M. Lorenzi. Saluée par des applaudissements, cette décision est «un soulagement», indiquait à la sortie de la réunion Sébastien. «Accepter des devis si élevés aurait mis en danger la copropriété, trop de gens n’avaient tout simplement pas les moyens de payer».

«Soulagé temporairement», Arthur, la trentaine, reste «inquiet», car sa compagne attend leur premier bébé pour décembre: «Même si nous avons acheté quelques radiateurs électriques d’appoint, j’espère qu’il ne fera pas trop froid». Si la note de gaz flambe, c’est aussi, explique Camille Daubeze, à la tête de Forimmo, le syndic de copropriété, parce que le système de chauffage par le sol est ancien et que la résidence est «une passoire énergétique ». «Entre la chaudière centrale et les appartements, la déperdition de chaleur atteint 40%», explique-t-elle: «On pourrait envisager d’installer une pompe à chaleur ou des panneaux solaires, mais le coût est élevé, malgré les aides, et cela prendra du temps».

Une facture de gaz qui passe de 80 à 600 €

Alors que les logements sont équipés de chauffe-eau individuels pour les sanitaires, certains disposent aussi de climatisations réversibles. Les autres vont devoir se tourner vers «le système D», explique Florence, la quarantaine, qui a acheté deux chauffages à bain d’huile mais s’inquiète pour ses deux adolescentes: «Dans quelles conditions vont-elles faire leurs devoirs?» Hervé Maestri-Pieri loge ses parents de 90 et 85 ans dans son appartement de 80 m2: «Si on allumait le chauffage, ma facture de gaz serait passée de 80 à 500 ou 600 euros. Comment faire?» s’interroge-t-il, estimant que «l’on va peut-être vers un arrêt définitif de la chaudière centrale et des solutions individuelles».

Dans un courrier à la Première ministre Elisabeth Borne, le député LR niçois Eric Ciotti a dénoncé l’exclusion de certaines copropriétés du bouclier tarifaire. La mairie de Nice a elle indiqué à l’AFP que les services de la métropole en charge du guichet de la rénovation énergétique «ont pris contact avec la copropriété dès septembre». «Quelques mois sans chauffage, on va bien survivre», souriait une copropriétaire retraitée, souhaitant rester anonyme: «Il y a des choses bien plus graves, des gens à la rue et une menace de guerre nucléaire».

Votez post
Facebook
WhatsApp
Twitter
LinkedIn
Pinterest
Laurent

Laurent

Call Now ButtonESTIMATION GRATUITE