Agent immobilier Century21

Immobilier : même dans les stations balnéaires, la hausse des prix marque le pas

Cet article a été initialement publié sur ce site.

Le littoral attire toujours, et les prix montent encore… mais un peu moins vite que précédemment, selon une étude (1) que vient de réaliser le site d’annonces et d’estimation en ligne Meilleurs Agents. Certes, les prix dans l’immobilier demeurent en hausse en bord de mer : + 3,4 % en moyenne depuis un an, mais ce chiffre est bien inférieur à l’augmentation de 2022 : + 9 %. Dans le même temps, les biens immobiliers dans toute la France augmentaient de + 0,4 % sur un an, contre + 6,2 % en 2022.

Tous littoraux confondus, Meilleurs Agents estime que la proximité de la plage, à moins de 5 minutes à pied, fait augmenter la valeur d’un bien de 22,1 % en moyenne par rapport à un bien identique situé à plus de 20 minutes de la plage. La majoration s’élève à 11,6 % quand un bien est situé entre 5 et 10 minutes de la plage.

C’est le littoral atlantique qui concentre le ralentissement le plus fort, avec des prix qui n’ont augmenté que de 1,8 % en un an. Il reste cependant un des littoraux les plus chers (5 373 euros le mètre carré), juste derrière celui de la région Sud (6 071 euros le mètre carré). Certaines villes de la côte atlantique ont même connu des baisses depuis un an, comme Biarritz (– 2,7 %), avec un prix désormais situé à 8 455 euros le mètre carré, Lacanau (– 2,2 %) avec un prix moyen de 4 874 euros le mètre carré ou Lège-Cap-Ferret (– 1,8 %) avec un prix de 12 150 euros/mètre carré en moyenne.

Même ralentissement en Bretagne, où les prix se situent aux alentours de 3 931 euros le mètre carré, en hausse modérée de + 2,6 % en un an, contre + 14,6 % en deux ans. La Trinité-sur-Mer, la station la plus chère de Bretagne, affiche une hausse de + 1 % de ses prix en un an, avec un prix moyen de 6 235 euros le mètre carré.

Le Sud est plus cher, sauf le Languedoc-Roussillon

En revanche, la hausse des prix se poursuit en région Sud (Provence-Alpes-Côte d’Azur), avec le prix moyen le plus élevé cette année : 6 071 euros le mètre carré. Cet engouement pour la French Riviera et ses alentours ne se dément pas, puisque les prix affichent une hausse de + 5,2 % en un an et de près de + 13,9 % en deux ans.

Saint-Jean-Cap-Ferrat (Alpes-Maritimes) demeure la station balnéaire la plus chère de France en hausse de + 5,6 % sur un an avec un prix moyen de 16 955 euros le mètre carré. Ramatuelle se situe pour sa part à 15 668 euros le mètre carré (+ 6,3 %) sur un an, et Saint-Tropez (14 219 euros le mètre carré) en hausse de + 7,8 % sur un an.

La Corse présente, quant à elle, une hausse des prix de + 5,3 % sur un an, mais de + 12,8 % en deux ans. « L’immobilier de prestige de la Côte d’Azur et de la Corse attire une clientèle âgée et fortunée peu concernée par les difficultés d’accès au crédit et moins sensible au coût de l’emprunt, ce qui maintient les prix à la hausse », analyse Barbara Castillo Rico, responsable des études économiques chez Meilleurs Agents.

Il vous reste 19.46% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Votez post
Facebook
WhatsApp
Twitter
LinkedIn
Pinterest
Call Now ButtonESTIMATION GRATUITE